De pierre et d’eau. Le Moyen Âge et les fonts baptismaux.

Baptistère Saint-Jean de Poitiers (c) CESCM-Durand, 1991

Parmi tous les sacrements de l’Église, le baptême est celui qui assure le mieux la transmission de la foi au sein des fidèles. Il marque l’entrée dans la communauté chrétienne mais est également perçu comme une mort et une re-naissance permettant l’accès à la voie du Salut. L’importance d’un tel rituel a rapidement justifié la création d’une architecture spécifique au sein du paysage religieux. Dès l’époque paléochrétienne, les baptistères ont ainsi permis le bon déroulement du rite grâce à des bassins permettant l’immersion totale ou partielle des catéchumènes. Le baptistère Saint-Jean de Poitiers, dont l’origine remonterait au début du Ve siècle, est l’un des exemples les plus anciens encore conservés de ce type d’édifice. À partir du VIIIe siècle, la pratique du baptême évolue et conduit à certaines modifications liturgiques. Largement implantée en Occident et moins soumise aux enjeux de la conversion, l’Église fait progressivement des jeunes enfants, et non plus des adultes, les destinataires privilégiés du rituel. La forte mortalité infantile conduit néanmoins à ne plus limiter le baptême au temps de Pâques et de la Pentecôte, moments phares de l’année liturgique auxquels il était jusque-là pratiqué. Apparaît alors un rituel plus quotidien, davantage rapproché du moment de la naissance et qui préserve les jeunes âmes d’une mort prématurée sans avoir été baptisées[1]. Une autre évolution liturgique est de pratiquer le baptême par aspersion (ou affusion) plutôt que celui par immersion, majoritaire jusqu’au IXe siècle. L’âge des néophytes, la fréquence accentuée du rituel et les modalités d’usage de l’eau lustrale sont autant d’éléments qui expliquent l’apparition d’un nouvel objet dans le mobilier liturgique autour du Xe-XIe siècle : les fonts baptismaux. Continuer la lecture de « De pierre et d’eau. Le Moyen Âge et les fonts baptismaux. »

ROMANE – Portail de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly-en-Donjon (03)

(c) CESCM-AMELOT, 2012

Au cœur de la Bourgogne médiévale se dresse l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly en Donjon, ancienne propriété du prieuré de Marcigny situé dans le diocèse d’Autun. Si l’édifice est modeste dans son architecture, il possède néanmoins un portail sculpté parmi les plus originaux de la période romane. Sur la façade occidentale prend place un tympan dont l’image théophanique de l’adoration des mages montre un agencement iconographique inhabituel, largement commenté par l’historiographie. Les trois rois mages s’avancent vers une Vierge à l’enfant dont les pieds reposent sur un lion et un bœuf ailés. Certains y ont reconnu la représentation des évangélistes Marc et Luc sous leur forme zoomorphe, mais l’absence de l’aigle de Jean et l’identification incertaine de l’ange se tenant debout derrière Marie ont également fait penser à une représentation du mal foulé par la Vierge et son fils.

(c) CESCM-AMELOT, 2017

L’innovation des artistes ne s’arrête pas là puisque la représentation de  rois mages couronnés ou la figuration de l’étoile sous la forme d’une fleur sont d’autres témoins des nouveautés iconographiques engagées à la période romane dans la représentation du thème[1].

Le linteau du portail, en retrait par rapport aux deux chapiteaux et comportant certains chevauchements ou éléments tronqués, semble avoir subi un remaniement par rapport au projet initial. À gauche, une représentation du péché originel, à droite une scène combinée du repas chez Simon et de la dernière Cène. Essuyant les pieds du Christ de ses cheveux, la figure de Marie-Madeleine, à laquelle est dédié l’édifice, fait la transition entre les personnages d’Eve et la Vierge sur le tympan. Madeleine s’offre comme un modèle pénitentiel entre la faute et le rachat, modèle accentué par la position de son corps qui rappelle la posture de la pénitence[2].

(c) CESCM-AMELOT, 2017

De part et d’autre du tympan, un chapiteau représente la punition de péchés, un autre montre Daniel dans la fosse aux lions, nourri par le prophète Habacuc.

La campagne nouvellement indexée dans la base Romane permet de découvrir ou de redécouvrir ce joyau médiéval grâce au très beau travail photographique de Jean-François Amelot lors de deux campagnes menées en 2012 et 2017.

Consulter les fiches de l’édifice sur Romane


[1] Beaud Matthieu, « Les Mages à l’époque romane : entre imaginaire et dogme », dans Les (rois) mages, Jean-Marc Vecruysse (dir.), Artois Presses Université, Graphè, 20, 2011 p. 59-74.

[2] Barral I Altet Xavier, « L’image pénitentielle de la Madeleine dans l’art monumental roman », dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, tome 104, n°1. 1992. p. 181-185.

Campagne photographique – Notre-Dame du Vieux-Pouzauges (85)

Le 19 mai 2021 a vu la réalisation d’une campagne  photographique de l’église Notre-Dame du Vieux-Pouzauges (Vendée, France) classée aux Monuments Historique en 1939, à laquelle ont participé Lisa-Orianne Crosland (photographe au CESCM), Pamela Nourrigeon (ingénieur d’études à la photothèque du CESCM) et Thomas Guglielmo (étudiant stagiaire en M1 Mondes Médiévaux à l’Université de Poitiers).

L’objectif de la mission était de constituer un fonds photographique de cette église construite au XIe siècle, et plus particulièrement de ses peintures murales. Celles-ci, découvertes en 1948 par messieurs Chamard et Challet et restaurées en 1992, se répartissent entre la contre-façade occidentale et le mur nord de la nef. La contre-façade de l’édifice est ainsi le support des peintures les plus anciennes, parmi lesquelles une représentation du meurtre d’Abel par Caïn, du combat de Samson  avec le lion, du péché originel ou encore du sacrifice d’Abraham. Sur le mur intérieur nord de l’église est offert au regard du spectateur un cycle de la Vierge contenant notamment une Annonce à la Vierge de sa mort par un ange lui remettant la palma mortis – thème peu courant dans les représentations médiévales – mais également un cycle représentant le calendrier médiéval découpé en douze mois répartis dans des médaillons dont quatre sont encore visibles.

Le site de l’église Notre-Dame du Vieux-Pouzauges a récemment fait l’objet d’une campagne d’indexation dans la nouvelle base Romane du CESCM. Ce sont ainsi quelques 87 photographies réparties sur 37 fiches que tout un chacun – chercheur comme amateur – est en mesure d’explorer sans modération !

Consulter la campagne photographique sur Romane

Résumé des journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique »

La photothèque du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers a organisé, les 2 et 3 juin, des journées d’études sur l’indexation des images, et plus précisément sur ses enjeux et ses possibles évolutions. La première journée a commencé par une introduction riche et substantielle, dans laquelle Pamela Nourrigeon a défini l’indexation en histoire de l’art et a donné un bref historique de cette pratique.

Un premier enjeu autour de l’indexation est apparu avec la communication de Marcello Angheben, lequel a proposé une réflexion sur les thesauri, leur constitution et leurs limites. Marcello Angheben a souligné que les thesauri, en France, sont uniquement francophones, ce qui dans un contexte d’échanges permanents entre chercheurs et chercheuses de toutes nationalités, est problématique. L’un des enjeux concernant les thesauri semble être celui de leur traduction en langue étrangère, en anglais notamment.

La communication suivante visait à interroger les attentes et les effets produits par la pratique de l’indexation, sans que cela ne soit prévu. Pierre-Olivier Dittmar a ainsi montré que les séances d’indexation d’images, quand elles sont collectives, ne relèvent plus seulement de l’indexation, mais deviennent des moments de partages, de débats, marqués par une horizontalisation des rapports entre individus. L’indexation modifie la pratique des chercheurs et des chercheuses, et devient également un support pédagogique par inférence : l’on part d’un objet et chacun apporte ses connaissances, ses réflexions. Il faut en ce sens réinterroger les liens qui existent entre indexation et pratiques pédagogiques.

Les trois exposés suivants ont montré en quoi l’indexation peut être utile lors d’un travail de thèse. Élise Haddad a expliqué que la consultation de bases de données lui a permis d’indexer un grand nombre d’images présentant un élément pouvant être assimilé à une étoile. Ce travail d’indexation, suivi d’une analyse statistique des résultats obtenus, a permis de la conforter dans l’identification qu’elle avait faite d’un élément qu’elle identifiait comme une étoile sur le tympan de Beaulieu-sur-Dordogne en Corrèze, sur lequel sa recherche portait. Angélique Ferrand a ensuite montré que, dans le cadre de sa thèse sur le zodiaque et les signes des mois, l’indexation des images lui a permis de réaliser une cartographie des occurrences de son corpus ainsi que des supports eux-mêmes. Elle a mis les images et les occurrences en réseaux afin de les contextualiser, ouvrant de nouvelles perspectives de réflexions. Enfin, Raphaël Demès a expliqué comment l’indexation des images lui a été utile pour traiter les images de paons et de phénix qui formaient le corpus de sa thèse, comportant un peu moins de cinq cents images. Pour lui, l’avantage de l’indexation est la formalisation des informations sur les sources étudiées, permettant une clarté et une efficacité plus grandes dans le traitement de ces dernières.

L’intervention de Catherine Fernandez, qui clôturait cette première journée, portait sur les nouveaux développements apportés à l’Index of Medieval Art de Princeton, et sur les enjeux que les bases de données soulèvent. La plus grande base de données en art médiéval s’est vue dotée d’une fonction de zonage. Il est ainsi possible, en cherchant un motif iconographique précis, de n’avoir, dans les résultats obtenus, que la partie de l’œuvre où se trouve le motif recherché. L’enjeu principal autour de l’indexation soulevé par Catherine Fernandez est celui de la pérennité des bases de données, lesquelles, bien souvent, meurent faute d’être entretenues.

La première moitié de la deuxième journée a été marquée par trois interventions. La première, présentée par Ismérie Triquet, portait sur l’indexation des images médiévales des mondes normands et anglo-normands. Son intervention a mis en lumière certaines limites de l’indexation des images, comme le manque d’informations données, mais aussi la question des scènes multiples au sein d’une même image ou des scènes difficiles à identifier, lesquelles posent souvent problème à l’indexant, qui n’en mentionne qu’une parmi celles représentées ou qui propose de façon parfois péremptoire une identification, faussant ainsi les résultant obtenus.

L’intervention de Cristina Cabada Giádas, a montré comment ses compétences de bibliothécaire lui ont été utiles dans son travail de thèse. Cristina Cabada Giadás a réalisé une indexation très fine, sur-mesure en réalité, des images de son corpus, lui facilitant le traitement du grand nombre d’images étudiées.

Enfin, la dernière intervention, présentée en binôme par Marie-Thérèse Camus et Tancredi Bella, a montré dans un premier temps un exemple d’indexation presque scientifique, sans que cela ne soit prévu, réalisée par un savant du XIXe siècle, Fernand de Dartein, en montrant comment cette indexation involontaire peut servir le travail du chercheur (et de la chercheuse). L’autre volet de la communication traitait des enjeux autour de l’indexation du cas particulier que constitue le travail d’indexation de Fernand de Dartein.

La deuxième moitié de la journée a donné lieu à une présentation, par Pamela Nourrigeon, de la nouvelle version de la base de données ROMANE du CESCM, ainsi qu’à une séance d’indexation collective autour du tympan de l’église romane de Neuilly-en-Donjon (Allier).

Ces deux journées ont également donné lieu à d’enrichissantes discussions entre les intervenants et l’auditoire, malgré la présence en distanciel d’une majorité de ce dernier.

En définitive, les réflexions exposées et menées lors de ces deux journées d’études, à la fois riches, stimulantes et tournées vers l’avenir de l’indexation des images médiévales montrent que cette pratique ne risque pas d’être mise à l’index.

Journées d’études: indexer les images médiévales du langage documentaire à la recherche scientifique

Les 2 et 3 juin 2021 la photothèque organise deux journées d’études sur l’indexation des images médiévales qui auront pour objectif de s’interroger sur les pratiques actuelles d’indexation, ainsi que sur leurs enjeux et leurs possibles évolutions.

Les journées auront lieu au CESCM, selon les mesures sanitaires en vigueur, et en visioconférence. Pour assister aux journées, en présence ou à distance, merci de vous inscrire : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

 

Mercredi 2 juin 2021

CESCM-Poitiers / Distanciel

9h : Accueil des participants

9h30-10h : Pamela Nourrigeon (université de Poitiers), Introduction

10h-10h45 : Marcello Angheben (Université de Poitiers), La Tour de Babel de l’indexation des images médiévales : réflexions sur la conception des thésaurus

Pause

11h00-11h45 : Pierre-Olivier Dittmar (EHESS), L’indexation comme performance et prétexte

11h45-12h15 : Elise Haddad (EHESS), Bases de données et sérialité des images : un usage statistique

Repas

14h-14h45 : Angélique Ferrand (Université de Nantes), Indexer, localiser, contextualiser les images médiévales pour mieux saisir leurs dynamiques : mise en réseau(x) des signes du Zodiaque figurés en contexte ecclésial

14h45-15h30 : Raphaël Demès (Université de Lille), De l’image au texte. Réflexions sur la formalisation des informations à partir d’une base de données sur l’iconographie du paon et du phénix au Moyen Âge

Pause

15h45-16h30 : Catherine Fernandez (Université de Princeton), L’iconographie in-situ et l’articulation digitale de l’espace : Nouveaux développements à l’Index of Medieval Art

 

Jeudi 3 juin 2021

CESCM-Poitiers/ Distanciel

9h00-9h45 : Ismérie Triquet (Université de Rouen), Indexer les images des mondes normands et anglo-normands issues des manuscrits médiévaux

9h45-10h30 : Cristina Cabada Giadás (Université de Saint-Jacques de Compostelle), Une expérience d’indexation fine

Pause

10h45-11h30 : Marie-Thérèse Camus (Université de Poitiers) et Tancredi Bella (Université de Catane), Un apport capital dans la connaissance de l’art médiéval au XIXe siècle : la collection Fernand de Dartein au CESCM, indexation

Repas

14h-16h : Séance d’indexation collective

Pause

16h-17h : Discussions et perspectives

 

 

Téléchargez le programme ici : Programme-2-3-juin-2021

Marcello Angheben (dir.), Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale, la représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles, Brepols, 2020

 

Angheben. Stratégies de la narration
(c) CESCM-Crosland 2020

Cet ouvrage est le résultat des communications données lors d’une journée d’études tenue le 15 décembre 2015 à l’INHA et d’un colloque ayant eu lieu à Saint-Savin et à Poitiers les 17 et 18 novembre 2016.

Les quinze articles ici regroupés centrent leur propos sur les cycles vétérotestamentaires peints, dans les édifices ou les manuscrits, entre la période paléochrétienne et la période romane. La réflexion des auteurs porte notamment sur les modèles liés à ces cycles, sur la façon dont s’enchaînent les différentes scènes et sur les significations de telles œuvres en fonction de leur contexte de création. Certains articles s’attachent à repenser les relations entre les manuscrits et les peintures murales et tendent à relativiser l’influence des premiers sur les seconds (Poilpré). La recherche des modèles, notion qui comme le rappellent certains auteurs est à redéfinir, a depuis longtemps occupée les chercheurs en histoire de l’art mais cette quête, parfois obstinée, a trop souvent fait oublier la capacité créatrice des artistes médiévaux. Avec cet ouvrage, nous sommes par exemple invités à repenser à la baisse l’étendu de l’influence de la Genèse Cotton sur les cycles peints (Kessler) ou a davantage considérer le caractère spécifique des cycles romains (Romano). Plusieurs articles montrent ainsi que la notion de modèle est à nuancer et que chaque objet doit être considéré selon ses propres variantes (Quadri, Sciera, CastiÑeiras GonzÁlez). Parmi les nombreuses autres réflexions ici soulevées, plusieurs auteurs s’intéressent à la nécessaire prise en compte des questions géographiques afin de remettre les œuvres médiévales au cœur d’un réseau qui est à la fois régionales et lointain (Rossi, Davy)

Palazzo Éric, Le souffle de Dieu, l’énergie de la liturgie et l’art au Moyen Âge, Les éditions du Cerf, 2020.

 

Avec cet ouvrage de 347 pages, Éric Palazzo propose ce qu’il nomme lui-même un « voyage très particulier ». Ce voyage est celui de la découverte de la place tenue par l’énergie dans l’art et la liturgie, terrain encore peu abordé par la médiévistique. Si l’auteur s’intéresse à la façon dont l’énergie est représentée dans les images, il s’intéresse plus encore à la façon dont cette énergie est conçue et perçue par les médiévaux. Preuve en est un premier chapitre, long mais essentiel, qui aborde les textes et la difficulté pour les auteurs chrétiens eux-mêmes de proposer une définition claire et précise de ce qu’est l’énergie. Si les contours de cette notion sont difficiles à définir c’est parce que l’énergie touche pleinement à la nature de Dieu, champ dans lequel les auteurs se sont parfois montrés timides.

Continuer la lecture de « Palazzo Éric, Le souffle de Dieu, l’énergie de la liturgie et l’art au Moyen Âge, Les éditions du Cerf, 2020. »

Dans l’intimité de la chambre photographique. La collection de plaques de verre du CESCM.

Billet rédigé avec l’aimable participation de Lisa-Oriane Crosland.

© Crosland-2020

Appuyer sur le bouton de la boite lumineuse, entendre le grésillement qui annonce le réveil du néon et attendre que la lumière criarde révèle les détails d’une image en noir et blanc. C’est alors qu’apparait une rue médiévale, les ruines d’un château ou la façade d’une église romane devant laquelle posent maladroitement des enfants curieux. Les visages un peu flous et les angles parfois brumeux sont les traces d’une époque où le terme « photographie » commence tout juste à voir le jour et où celui de « numérique » est pour un siècle encore inconcevable. L’œil sur la loupe, celui ou celle qui s’intéresse aux plaques de verres, regardent des images empreintes de la poésie et du romantisme idéalisés de leur temps. Continuer la lecture de « Dans l’intimité de la chambre photographique. La collection de plaques de verre du CESCM. »

Sous la plume de Wolfgang Schöne

Tympan de la Transfiguration, La Charité-sur-Loire (Nièvre), bras sud du transept © Dessin de Wolfgang Schöne, 1964

Parmi les documents conservés à la photothèque, les moins connus sont probablement ceux relevant des archives personnelles de chercheurs. Si l’on ne s’étonne pas de trouver les carnets manuscrits de René Crozet, fondateur du CESCM, il est plus surprenant de découvrir les archives de médiévistes qui ne sont ni poitevins, ni même français. C’est le cas de Wolfgang Schöne, historien de l’art allemand né le 11 février 1910 à Marbourg et mort le 17 août 1989 à Hambourg. Continuer la lecture de « Sous la plume de Wolfgang Schöne »

Journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique » – Prolongation appel à contributions

La photothèque organise deux journées d’études sur l’indexation des images médiévales. Initialement prévues pour le mois de novembre 2020, la situation sanitaire actuelle nous oblige à reporter ces journées au printemps prochain. Ne soyez pas tristes, il y a tout de même une bonne nouvelle : pour ceux et celles qui auraient raté la date limite de proposition nous allongeons le délai. Vous pouvez donc nous envoyer vos propositions jusqu’au 15 décembre 2020 !

English version below.

Appel à contributions : journées d’études. « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique »

Date : 25-26 novembre 2020 Printemps 2021.

Lieu : CESCM, Poitiers (France)

Dans le cadre des activités liées au projet régional ANIMONS, la photothèque du CESCM organise deux journées d’études sur l’indexation des images médiévales. La dernière décennie a vu augmenter de manière considérable le nombre de bases de données ou de plateformes dédiées aux images médiévales. Certaines s’attachent à rendre accessibles les fonds de musées ou de bibliothèques quand d’autres optent pour des approches thématiques dont les résultats sont des plus diversifiés. Ces bases de données sont devenues incontournables pour le chercheur qui s’intéresse aux productions visuelles médiévales. L’apparente facilité d’utilisation de ces outils semble faire oublier toute la complexité du processus d’accès à l’information dont l’indexation marque une étape fondamentale. Cette dernière vise à produire un « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). Ceux qui se sont intéressés aux questions d’indexation des images médiévales ont cependant pu constater les évidentes contraintes et limites qu’elle pouvait engager. Déjà dans les années 1990 les premières grandes entreprises d’indexation notaient l’importance d’accompagner la recherche sans l’orienter, l’épineuse obligation de passer par l’écrit pour décrire des éléments visuels, l’exigence d’un thesaurus à la fois précis et sélectif, etc.

Continuer la lecture de « Journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique » – Prolongation appel à contributions »