ROMANE – Portail de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly-en-Donjon (03)

(c) CESCM-AMELOT, 2012

Au cœur de la Bourgogne médiévale se dresse l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly en Donjon, ancienne propriété du prieuré de Marcigny situé dans le diocèse d’Autun. Si l’édifice est modeste dans son architecture, il possède néanmoins un portail sculpté parmi les plus originaux de la période romane. Sur la façade occidentale prend place un tympan dont l’image théophanique de l’adoration des mages montre un agencement iconographique inhabituel, largement commenté par l’historiographie. Les trois rois mages s’avancent vers une Vierge à l’enfant dont les pieds reposent sur un lion et un bœuf ailés. Certains y ont reconnu la représentation des évangélistes Marc et Luc sous leur forme zoomorphe, mais l’absence de l’aigle de Jean et l’identification incertaine de l’ange se tenant debout derrière Marie ont également fait penser à une représentation du mal foulé par la Vierge et son fils.

(c) CESCM-AMELOT, 2017

L’innovation des artistes ne s’arrête pas là puisque la représentation de  rois mages couronnés ou la figuration de l’étoile sous la forme d’une fleur sont d’autres témoins des nouveautés iconographiques engagées à la période romane dans la représentation du thème[1].

Le linteau du portail, en retrait par rapport aux deux chapiteaux et comportant certains chevauchements ou éléments tronqués, semble avoir subi un remaniement par rapport au projet initial. À gauche, une représentation du péché originel, à droite une scène combinée du repas chez Simon et de la dernière Cène. Essuyant les pieds du Christ de ses cheveux, la figure de Marie-Madeleine, à laquelle est dédié l’édifice, fait la transition entre les personnages d’Eve et la Vierge sur le tympan. Madeleine s’offre comme un modèle pénitentiel entre la faute et le rachat, modèle accentué par la position de son corps qui rappelle la posture de la pénitence[2].

(c) CESCM-AMELOT, 2017

De part et d’autre du tympan, un chapiteau représente la punition de péchés, un autre montre Daniel dans la fosse aux lions, nourri par le prophète Habacuc.

La campagne nouvellement indexée dans la base Romane permet de découvrir ou de redécouvrir ce joyau médiéval grâce au très beau travail photographique de Jean-François Amelot lors de deux campagnes menées en 2012 et 2017.

Consulter les fiches de l’édifice sur Romane


[1] Beaud Matthieu, « Les Mages à l’époque romane : entre imaginaire et dogme », dans Les (rois) mages, Jean-Marc Vecruysse (dir.), Artois Presses Université, Graphè, 20, 2011 p. 59-74.

[2] Barral I Altet Xavier, « L’image pénitentielle de la Madeleine dans l’art monumental roman », dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, tome 104, n°1. 1992. p. 181-185.

Campagne photographique – Notre-Dame du Vieux-Pouzauges (85)

Le 19 mai 2021 a vu la réalisation d’une campagne  photographique de l’église Notre-Dame du Vieux-Pouzauges (Vendée, France) classée aux Monuments Historique en 1939, à laquelle ont participé Lisa-Orianne Crosland (photographe au CESCM), Pamela Nourrigeon (ingénieur d’études à la photothèque du CESCM) et Thomas Guglielmo (étudiant stagiaire en M1 Mondes Médiévaux à l’Université de Poitiers).

L’objectif de la mission était de constituer un fonds photographique de cette église construite au XIe siècle, et plus particulièrement de ses peintures murales. Celles-ci, découvertes en 1948 par messieurs Chamard et Challet et restaurées en 1992, se répartissent entre la contre-façade occidentale et le mur nord de la nef. La contre-façade de l’édifice est ainsi le support des peintures les plus anciennes, parmi lesquelles une représentation du meurtre d’Abel par Caïn, du combat de Samson  avec le lion, du péché originel ou encore du sacrifice d’Abraham. Sur le mur intérieur nord de l’église est offert au regard du spectateur un cycle de la Vierge contenant notamment une Annonce à la Vierge de sa mort par un ange lui remettant la palma mortis – thème peu courant dans les représentations médiévales – mais également un cycle représentant le calendrier médiéval découpé en douze mois répartis dans des médaillons dont quatre sont encore visibles.

Le site de l’église Notre-Dame du Vieux-Pouzauges a récemment fait l’objet d’une campagne d’indexation dans la nouvelle base Romane du CESCM. Ce sont ainsi quelques 87 photographies réparties sur 37 fiches que tout un chacun – chercheur comme amateur – est en mesure d’explorer sans modération !

Consulter la campagne photographique sur Romane