Marcello Angheben (dir.), Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale, la représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles, Brepols, 2020

 

Angheben. Stratégies de la narration
(c) CESCM-Crosland 2020

Cet ouvrage est le résultat des communications données lors d’une journée d’études tenue le 15 décembre 2015 à l’INHA et d’un colloque ayant eu lieu à Saint-Savin et à Poitiers les 17 et 18 novembre 2016.

Les quinze articles ici regroupés centrent leur propos sur les cycles vétérotestamentaires peints, dans les édifices ou les manuscrits, entre la période paléochrétienne et la période romane. La réflexion des auteurs porte notamment sur les modèles liés à ces cycles, sur la façon dont s’enchaînent les différentes scènes et sur les significations de telles œuvres en fonction de leur contexte de création. Certains articles s’attachent à repenser les relations entre les manuscrits et les peintures murales et tendent à relativiser l’influence des premiers sur les seconds (Poilpré). La recherche des modèles, notion qui comme le rappellent certains auteurs est à redéfinir, a depuis longtemps occupée les chercheurs en histoire de l’art mais cette quête, parfois obstinée, a trop souvent fait oublier la capacité créatrice des artistes médiévaux. Avec cet ouvrage, nous sommes par exemple invités à repenser à la baisse l’étendu de l’influence de la Genèse Cotton sur les cycles peints (Kessler) ou a davantage considérer le caractère spécifique des cycles romains (Romano). Plusieurs articles montrent ainsi que la notion de modèle est à nuancer et que chaque objet doit être considéré selon ses propres variantes (Quadri, Sciera, CastiÑeiras GonzÁlez). Parmi les nombreuses autres réflexions ici soulevées, plusieurs auteurs s’intéressent à la nécessaire prise en compte des questions géographiques afin de remettre les œuvres médiévales au cœur d’un réseau qui est à la fois régionales et lointain (Rossi, Davy)

Palazzo Éric, Le souffle de Dieu, l’énergie de la liturgie et l’art au Moyen Âge, Les éditions du Cerf, 2020.

 

Avec cet ouvrage de 347 pages, Éric Palazzo propose ce qu’il nomme lui-même un « voyage très particulier ». Ce voyage est celui de la découverte de la place tenue par l’énergie dans l’art et la liturgie, terrain encore peu abordé par la médiévistique. Si l’auteur s’intéresse à la façon dont l’énergie est représentée dans les images, il s’intéresse plus encore à la façon dont cette énergie est conçue et perçue par les médiévaux. Preuve en est un premier chapitre, long mais essentiel, qui aborde les textes et la difficulté pour les auteurs chrétiens eux-mêmes de proposer une définition claire et précise de ce qu’est l’énergie. Si les contours de cette notion sont difficiles à définir c’est parce que l’énergie touche pleinement à la nature de Dieu, champ dans lequel les auteurs se sont parfois montrés timides.

Continuer la lecture de « Palazzo Éric, Le souffle de Dieu, l’énergie de la liturgie et l’art au Moyen Âge, Les éditions du Cerf, 2020. »