De pierre et d’eau. Le Moyen Âge et les fonts baptismaux.

Baptistère Saint-Jean de Poitiers (c) CESCM-Durand, 1991

Parmi tous les sacrements de l’Église, le baptême est celui qui assure le mieux la transmission de la foi au sein des fidèles. Il marque l’entrée dans la communauté chrétienne mais est également perçu comme une mort et une re-naissance permettant l’accès à la voie du Salut. L’importance d’un tel rituel a rapidement justifié la création d’une architecture spécifique au sein du paysage religieux. Dès l’époque paléochrétienne, les baptistères ont ainsi permis le bon déroulement du rite grâce à des bassins permettant l’immersion totale ou partielle des catéchumènes. Le baptistère Saint-Jean de Poitiers, dont l’origine remonterait au début du Ve siècle, est l’un des exemples les plus anciens encore conservés de ce type d’édifice. À partir du VIIIe siècle, la pratique du baptême évolue et conduit à certaines modifications liturgiques. Largement implantée en Occident et moins soumise aux enjeux de la conversion, l’Église fait progressivement des jeunes enfants, et non plus des adultes, les destinataires privilégiés du rituel. La forte mortalité infantile conduit néanmoins à ne plus limiter le baptême au temps de Pâques et de la Pentecôte, moments phares de l’année liturgique auxquels il était jusque-là pratiqué. Apparaît alors un rituel plus quotidien, davantage rapproché du moment de la naissance et qui préserve les jeunes âmes d’une mort prématurée sans avoir été baptisées[1]. Une autre évolution liturgique est de pratiquer le baptême par aspersion (ou affusion) plutôt que celui par immersion, majoritaire jusqu’au IXe siècle. L’âge des néophytes, la fréquence accentuée du rituel et les modalités d’usage de l’eau lustrale sont autant d’éléments qui expliquent l’apparition d’un nouvel objet dans le mobilier liturgique autour du Xe-XIe siècle : les fonts baptismaux. Continuer la lecture de « De pierre et d’eau. Le Moyen Âge et les fonts baptismaux. »

Dans l’intimité de la chambre photographique. La collection de plaques de verre du CESCM.

Billet rédigé avec l’aimable participation de Lisa-Oriane Crosland.

© Crosland-2020

Appuyer sur le bouton de la boite lumineuse, entendre le grésillement qui annonce le réveil du néon et attendre que la lumière criarde révèle les détails d’une image en noir et blanc. C’est alors qu’apparait une rue médiévale, les ruines d’un château ou la façade d’une église romane devant laquelle posent maladroitement des enfants curieux. Les visages un peu flous et les angles parfois brumeux sont les traces d’une époque où le terme « photographie » commence tout juste à voir le jour et où celui de « numérique » est pour un siècle encore inconcevable. L’œil sur la loupe, celui ou celle qui s’intéresse aux plaques de verres, regardent des images empreintes de la poésie et du romantisme idéalisés de leur temps. Continuer la lecture de « Dans l’intimité de la chambre photographique. La collection de plaques de verre du CESCM. »