Dans l’intimité de la chambre photographique. La collection de plaques de verre du CESCM.

Billet rédigé avec l’aimable participation de Lisa-Oriane Crosland.

© Crosland-2020

Appuyer sur le bouton de la boite lumineuse, entendre le grésillement qui annonce le réveil du néon et attendre que la lumière criarde révèle les détails d’une image en noir et blanc. C’est alors qu’apparait une rue médiévale, les ruines d’un château ou la façade d’une église romane devant laquelle posent maladroitement des enfants curieux. Les visages un peu flous et les angles parfois brumeux sont les traces d’une époque où le terme « photographie » commence tout juste à voir le jour et où celui de « numérique » est pour un siècle encore inconcevable. L’œil sur la loupe, celui ou celle qui s’intéresse aux plaques de verres, regardent des images empreintes de la poésie et du romantisme idéalisés de leur temps.

Utilisée depuis 1850, la maîtrise de la technique nécessite d’être un peu chimiste puisque pour créer une couche sensible à la lumière sur une plaque de verre il faut composer une substance mêlant sels d’argent et un liant, qui fût de l’albumine, du collodion ou de la gélatine selon les périodes. Les plaques de verre permettent de créer des positifs pour lesquels les valeurs sont identiques à celles du sujet ou des négatifs qui inversent les valeurs pour en permettre la reproduction. Bien que ce support photographique soit délaissé à partir des années 1940, certains photographes l’utilisent encore, comme en atteste le travail de Pierre Wetzel, Piort Biegaj ou Michaël Tirat.

Église Saint-Saturnin de Coulonges-en-Pons (17), Façade en 1887, aujourd’hui modifiée © Crosland-2020

 

Si les plaques de verre tiennent une place fondamentale dans l’histoire de la photographie elles ne sont pas moins importantes pour l’histoire de l’art. Figer avec fidélité un édifice ou son décor a permis une révolution: celle d’une accessibilité nouvelle, rapide et durable, aux œuvres, favorisant ainsi le développement de l’érudition. Les plaques de verre, supplantées par les diapositives sur film à partir des années 1950, ont également engendré un changement majeur pour la pédagogie universitaire puisqu’elles rendent possible un enseignement direct par l’image. Leur projection lors de conférences et de cours destinés aux étudiants contribue au développement des études en histoire de l’art et à une confrontation plus directe aux œuvres. Outils de recherche et support essentiel à l’enseignement voilà, s’il en fallait, deux raisons qui justifient pleinement la présence d’une importante collection de plaques de verre au CESCM.

Boites de rangement dans le compactus de la photothèque © Crosland-2020

Le fonds conservé à la photothèque se compose de 3 433 plaques réalisées entre 1858 et les années 1940. Les sujets représentés sont pour la grande majorité les édifices médiévaux, romans et gothiques et leur décor, principalement sculpté. Près de 2 500 plaques concernent la France. Les quatre départements du Poitou-Charentes forment à eux-seuls 37% du fonds et ce chiffre monte à 50% si l’on ajoute les départements limitrophes que sont l’Indre, l’Indre-et-Loire, la Vendée et la Haute-Vienne. Le fonds reflète donc le projet fondeur du CESCM qui était celui de créer un centre dédié à l’art roman régional. Les pays étrangers sont quant à eux principalement représentés par l’Espagne et la Grande-Bretagne. Enfin quelques plaques sont dédiées aux œuvres de certains artistes comme Jérôme Bosch, Jean Fouquet ou Albrecht Dürer.

Église de Chadurie (Charente) et religieux prenant la pose © Crosland-2020

Achats ? Dons ? Les informations sur la façon dont s’est constitué le fonds sont minces. De nombreuses plaques sont liées à des commandes, comme en atteste la présence d’étiquettes de la fameuse maison de distribution Molteni.

Molteni est un constructeur d’instruments d’optique d’origine italienne dont la maison a été fondée en 1782. En 1830, il est mis en relation avec Louis Daguerre et fabriquera les premiers appareils utilisés par ce dernier. S’en suivra une longue période de développement d’appareils de projection lumineuse. En 1899 Molteni fusionne avec Radiguet et Massiot qui deviennent les plus importants fabricants de matériels de projection et de production de plaques de verre.

Dans un courrier de mai 1961, la Documentation française indique au CESCM qu’elle entreprend la troisième réédition du Répertoire des Collections Photographiques Françaises et demandent de fournir un état des collections et ses principales caractéristiques. La réponse fournit par René Crozet, alors directeur du centre, indique que la photothèque conserve environ 3 000 diapositives de format 8,5 x 10 cm sur verre et de format 5 x 5cm (24/36mm) [sur film photographique], sans spécifier la répartition exacte pour chacune de ces catégories. Un second courrier, daté de 1969, indique que Jean Ehrmann a fait don au CESCM de plaques de verre réalisées par son beau-père, Gustave Lebel (1870-1945), ancien élève de l’école des chartes et collectionneur d’art. Il s’agit de la série stéréoscopique 45/107 consacrée aux édifices romans espagnols. Le classement des plaques par départements dans les quelques 67 boites en bois date d’avant la réorganisation de la région parisienne en 1968 puisque la Seine-et-Oise est encore nommée alors que l’Essonne, le Val d’Oise et les Yvelines sont absents car encore inexistants. Les indices nous perdent ici…

Négatif sur plaque de verre stéréoscopique montrant l’intérieur de l’église Santa-Maria la Blanca à Tolède (Espagne). Il s’agit d’un couple d’images prises en simultanée par deux objectifs parallèles dont la distance est proche de celle des yeux. Une fois placées dans un stéréoscope, ce principe permet de rendre l’impression de profondeur et de relief. © Crosland-2020

La mission première de la photothèque est d’assurer la conservation des documents anciens dont les plaques de verre comptent parmi les plus précieux et les plus fragiles. Leur stockage se fait dans une salle d’archives dédiée dont la température et l’hygrométrie sont respectivement maintenues à 18° C et 50%. Il est essentiel de protéger ces documents de l’humidité, de la chaleur, d’un éclairage trop long ou de la pollution, sans quoi ils subiraient de graves dommages tels que le décollement de la couche image, une opacification ou le développement de micro-organisme. Les ingénieurs de la photothèque ont également pour mission de valoriser cet ensemble patrimonial exceptionnel et ont pour cela entrepris la numérisation des plaques de verre afin de permettre la consultation de ces documents par tous et sans risque pour leur conservation. Un inventaire détaillé est également disponible. Il permet une première consultation du fonds en évitant une manipulation trop fréquente, et parfois inutile, des boites de rangement.

Quel intérêt ont encore les plaques de verre à l’ère du numérique et de la diffusion massive des images sur internet ? Si la valeur patrimoniale des plaques de verre est certaine leur intérêt scientifique peut paraitre moins évident au premier abord. Pourtant certaines plaques sont parfois les seuls témoins de l’état de certains édifices avant d’importantes restaurations ou montrent des chantiers de fouille à une époque où ils étaient encore peu documentés. Les plaques de verre ont également un intérêt dans l’histoire de la discipline car elles témoignent d’un état des connaissances et des intérêts scientifiques de leur époque. Le fonds qu’elles constituent est le résultat de constructions intellectuelles propre aux érudits de la fin du XIXe siècle et début du XXe siècle et montre que l’intérêt pour le Moyen Âge est d’abord passé par l’architecture religieuse et son décor sculpté. Peintures murales, objets, aménagements liturgiques ou manuscrits sont les grands absents d’une discipline qui s’est d’abord construit sur l’appropriation du patrimoine bâti.

Château de Pierrefonds (Oise), dont la construction, qui connait de nombreuses vicissitudes, s’étend de la fin du XIVe au début du XVIe siècle. Abandonné puis redécouvert au milieu du XIXe siècle, une restauration/reconstruction est engagée par Viollet-le-Duc à la demande de l’empereur Napoléon III. La plaque de verre montre l’état du château avant l’intervention de Viollet-le-Duc et date donc d’avant 1858. Il s’agit de la plus ancienne plaque à être datée du fond du CESCM. © Crosland-2020

 

Remparts évidés de la ville de Saintes lors de fouilles en 1887 sur le site de l’ancien hôpital Saint-Louis. Ces fouilles ont permis la redécouverte de blocs antiques prestigieux, réemployés dans les remparts qui datent du début du IVe, et forment aujourd’hui une partie du musée lapidaire de la ville. Le cliché est de l’abbé Julien Lafferière qui participe aux travaux et le documente à l’aide de photographies. © Crosland-2020

Pour aller plus loin sur les plaques de verre

Un dossier réalisé par le musée municipal de Parthenay et  consacré à la conservation préventive des photographies sur plaques de verre, qui s’appuie sur des publications de Bertrand Lavédrine, historien de la photographie, et  les conseils de Bertrand Sainte-Marthe, restaurateur de photographies : https://www.alienor.org/publications/plaque_verre/index.htm

Un article passionnant d’Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg sur l’histoire de la collection de plaques de verre du Louvre et les étapes de la patrimonialisation d’un ensemble exceptionnel destiné à la recherche et à l’enseignement : https://journals.openedition.org/cel/938

Un exemple d’appropriation contemporaine des plaques de verre dans une exposition ayant eu lieu en 2017 au musée de l’Elysée à Lausanne : https://journals.openedition.org/transatlantica/9107


Une réponse sur “Dans l’intimité de la chambre photographique. La collection de plaques de verre du CESCM.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.