Résumé des journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique »

La photothèque du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers a organisé, les 2 et 3 juin, des journées d’études sur l’indexation des images, et plus précisément sur ses enjeux et ses possibles évolutions. La première journée a commencé par une introduction riche et substantielle, dans laquelle Pamela Nourrigeon a défini l’indexation en histoire de l’art et a donné un bref historique de cette pratique.

Un premier enjeu autour de l’indexation est apparu avec la communication de Marcello Angheben, lequel a proposé une réflexion sur les thesauri, leur constitution et leurs limites. Marcello Angheben a souligné que les thesauri, en France, sont uniquement francophones, ce qui dans un contexte d’échanges permanents entre chercheurs et chercheuses de toutes nationalités, est problématique. L’un des enjeux concernant les thesauri semble être celui de leur traduction en langue étrangère, en anglais notamment.

La communication suivante visait à interroger les attentes et les effets produits par la pratique de l’indexation, sans que cela ne soit prévu. Pierre-Olivier Dittmar a ainsi montré que les séances d’indexation d’images, quand elles sont collectives, ne relèvent plus seulement de l’indexation, mais deviennent des moments de partages, de débats, marqués par une horizontalisation des rapports entre individus. L’indexation modifie la pratique des chercheurs et des chercheuses, et devient également un support pédagogique par inférence : l’on part d’un objet et chacun apporte ses connaissances, ses réflexions. Il faut en ce sens réinterroger les liens qui existent entre indexation et pratiques pédagogiques.

Les trois exposés suivants ont montré en quoi l’indexation peut être utile lors d’un travail de thèse. Élise Haddad a expliqué que la consultation de bases de données lui a permis d’indexer un grand nombre d’images présentant un élément pouvant être assimilé à une étoile. Ce travail d’indexation, suivi d’une analyse statistique des résultats obtenus, a permis de la conforter dans l’identification qu’elle avait faite d’un élément qu’elle identifiait comme une étoile sur le tympan de Beaulieu-sur-Dordogne en Corrèze, sur lequel sa recherche portait. Angélique Ferrand a ensuite montré que, dans le cadre de sa thèse sur le zodiaque et les signes des mois, l’indexation des images lui a permis de réaliser une cartographie des occurrences de son corpus ainsi que des supports eux-mêmes. Elle a mis les images et les occurrences en réseaux afin de les contextualiser, ouvrant de nouvelles perspectives de réflexions. Enfin, Raphaël Demès a expliqué comment l’indexation des images lui a été utile pour traiter les images de paons et de phénix qui formaient le corpus de sa thèse, comportant un peu moins de cinq cents images. Pour lui, l’avantage de l’indexation est la formalisation des informations sur les sources étudiées, permettant une clarté et une efficacité plus grandes dans le traitement de ces dernières.

L’intervention de Catherine Fernandez, qui clôturait cette première journée, portait sur les nouveaux développements apportés à l’Index of Medieval Art de Princeton, et sur les enjeux que les bases de données soulèvent. La plus grande base de données en art médiéval s’est vue dotée d’une fonction de zonage. Il est ainsi possible, en cherchant un motif iconographique précis, de n’avoir, dans les résultats obtenus, que la partie de l’œuvre où se trouve le motif recherché. L’enjeu principal autour de l’indexation soulevé par Catherine Fernandez est celui de la pérennité des bases de données, lesquelles, bien souvent, meurent faute d’être entretenues.

La première moitié de la deuxième journée a été marquée par trois interventions. La première, présentée par Ismérie Triquet, portait sur l’indexation des images médiévales des mondes normands et anglo-normands. Son intervention a mis en lumière certaines limites de l’indexation des images, comme le manque d’informations données, mais aussi la question des scènes multiples au sein d’une même image ou des scènes difficiles à identifier, lesquelles posent souvent problème à l’indexant, qui n’en mentionne qu’une parmi celles représentées ou qui propose de façon parfois péremptoire une identification, faussant ainsi les résultant obtenus.

L’intervention de Cristina Cabada Giádas, a montré comment ses compétences de bibliothécaire lui ont été utiles dans son travail de thèse. Cristina Cabada Giadás a réalisé une indexation très fine, sur-mesure en réalité, des images de son corpus, lui facilitant le traitement du grand nombre d’images étudiées.

Enfin, la dernière intervention, présentée en binôme par Marie-Thérèse Camus et Tancredi Bella, a montré dans un premier temps un exemple d’indexation presque scientifique, sans que cela ne soit prévu, réalisée par un savant du XIXe siècle, Fernand de Dartein, en montrant comment cette indexation involontaire peut servir le travail du chercheur (et de la chercheuse). L’autre volet de la communication traitait des enjeux autour de l’indexation du cas particulier que constitue le travail d’indexation de Fernand de Dartein.

La deuxième moitié de la journée a donné lieu à une présentation, par Pamela Nourrigeon, de la nouvelle version de la base de données ROMANE du CESCM, ainsi qu’à une séance d’indexation collective autour du tympan de l’église romane de Neuilly-en-Donjon (Allier).

Ces deux journées ont également donné lieu à d’enrichissantes discussions entre les intervenants et l’auditoire, malgré la présence en distanciel d’une majorité de ce dernier.

En définitive, les réflexions exposées et menées lors de ces deux journées d’études, à la fois riches, stimulantes et tournées vers l’avenir de l’indexation des images médiévales montrent que cette pratique ne risque pas d’être mise à l’index.


3 réponses sur “Résumé des journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique »”

    1. Les thesaurus ont été nombreux à être cité mais pour les principaux nous avons parlé de l’Iconclass, de celui de l’Index of medieval Art de Pinceton et bien sûr du TIMEL utilisé par la photothèque du CESCM et l’EHESS : https://datu.ehess.fr/timel/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.